jeudi 5 avril 2018

Complètement bilingues


Infos
Nous le ressentions ce décalage
Aux scènes qui se jouaient devant nous,
Cette impression que nous n'étions pas
Dans le même film que les autres,
Suscitant en nous réactions inattendues.

Nous avons observé de toutes nos forces
Et au fond, qu'est ce qu'il nous est arrivé!?
Ce décalage entre eux et nous,
Seulement, nous avons fini par comprendre,
Et elle est là, la révélation.

Maintenant nous savons quoi faire,
Nous allons être comme eux,
Nous allons être doués de langage,
Nous parlerons à voix haute,
Comme on apprend une langue étrangère.

Nous parlerons ainsi puisqu'ils le font,
Nous l'avons enfin cet atout soudain révélé,
Ces capacités, ces possibilités, cet espoir,
Nous l'avons trouvé cette énorme clé
Ouvrant l'énorme porte, qui nous séparait du monde.

Comment dire quand il n'y a pas de discussion
Mais seulement recevoir de leur part
Réponses insuffisantes, insatisfaisantes,
Parfois même pas de réponses du tout!?
Leur refus de dire simplement,
Se cachant derrière leur silence,
Leur mensonge, leur imposture.

Comment dire quand il n'y a pas de réponses!?
Tout simplement comme eux!
À leur image, puisqu'ils n'offrent que ce choix là!
Leur interdit, voulant dire interdit!
Leur interdit, ne supportant aucun dialogue.

Une injustice nous frappe en plein coeur!?
Nous refusions d'être comme eux!?
Mais il ne peut, hélas, en être autrement!
Ils se sont réfugiés derrière leur mauvaise foi.

Et au fil du temps nous en sommes devenus,
Nous, complètement bilingues, puisqu'en face
Leurs visages, et derrière, leurs vrais visages
Finissant toujours, un jour, par s'afficher.

(Complètement bilingues...)
~~ Linette Malloy Jones ~~
... ♥♥•*¨*•.¸¸♥¸¸.•*¨*•♥♥ ...
Sommaires Poésies


... ♥♥•*¨*•.¸¸♥¸¸.•*¨*•♥♥ ...

3 commentaires :

  1. Celui là est pour la fourberie, la duplicité, je crois qu'il complète bien le poème que j'ai lui avant. Mais écrit avec la douceur de votre âme de poète, chapeau bas Madame d'être aussi mesurer ☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, lorsque des gifles pilonnent sans compter, devrions-nous aller marteler tous les tonnerres qui grondent et offrir davantage d'inspiration aux mauvaises influences?
      Nan nan!
      Savoir qui on est soi, c'est là la sage et la seule vraie impulsion à augurer! Les gifles elles, elles s'en retournent toujours de là où elles sont venues. Le tonnerre gronde parfois, et les éclairs cinglent, et bien, l'orage il passe lui, et avec lui des arcs en ciel qui, toujours, effacent la grisaille.
      Toutes les tartuferies du monde ne sauraient être indéfiniment contrastées, le jour se lève toujours chaque jour et avec lui la lumière, un jour, plus claire que jamais :)
      Merci Rosah d'être venue par ici, et d'aimer ainsi ces écrits :)
      Bien beaux week end en votre ciel :)

      Supprimer
  2. Tu as bien plus de sagesse que moi Linette, j'ai tellement pris de gifles que je ne tends plus l'autre joue.
    Mais ces dernières années, j'ai appris au moins une chose. La vie est trop courte et trop belle pour s'arrêter sur les parasites qui croisent notre route :))

    RépondreSupprimer